Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750
Dictionnaire Corporate (5) : Le bien cordialement | Flashzone

Dictionnaire Corporate (5) : Le bien cordialement

Il paraît que je suis cordial. Si l’on s’en tient à la cinquantaine de mails que mon statut de chargé de mission (en deux mots) me permet d’envoyer chaque jour, il s’agit en effet d’une qualité dont je ne suis point dépourvu. Et pour cause, la totalité de mes courriels est désormais ponctué d’un très corporate « cordialement ». Parfait compromis entre nécessaire distance et minimum d’affection, il exprime une sobre politesse qui fait fureur en entreprise, milieu peu connu pour ses envolées lyriques il est vrai. Et putain, si je chope la pourriture qui a introduit le « cordialement » dans la novlangue corporate, je lui ampute bien cordialement sa microtesticule de peigne fion et lui fait déguster cette dernière avec toute la cordialité qui me caractérise.

Afficher l'image d'origine

Vous l’aurez compris, et vaut mieux ça que l’inverse, le cordialement est désormais partout. Symbole de l’appauvrissement de la pensée, de la platitude de la réflexion en entreprise, le cordialement se conjugue désormais à toutes les sauces. On se croirait dans un Kebab putain. Se trouve ainsi à votre disposition toute une gamme d’expressions superfétatoires (=inutile, je t’évite de retourner sur google) allant de la version naine « cdlt« , en passant par les pompeux « bien cordialement« , « très cordialement » pour terminer sur l’original « cordialement ». On dirait une rangée de chaussures dans un dispensaire d’hommes troncs. Cela décore, mais ça ne sert à rien. L’usage du cordialement n’est autre que le dernier né de la syntaxe corporate qui se réinvente aussi rapidement qu’un éjaculateur précoce. Avec son avènement, la barre symbolique des 6 mètres de la filsdeputerie en entreprise vient d’être franchie. Et tout le monde s’en satisfait, quand bien même son usage donne lieu à des aberrations de la sorte :

« Putain José, je t’avais pourtant prévenu que t’avais jusqu’à hier pour me rendre le document martyr sur le dossier SOGAREP! C’est un must have pour nous ! On peut pas passer à côté ! Alors tu te sors les doigts et tu dis à ta copine que son week-end à Center Parcs, elle peut se le carrer dans l’ovaire car tu vas devoir bosser pendant 2 jours non-stop. JE VEUX le rapport lundi matin sur mon bureau ! Cordialement, Patrick ».

Déjà, le manager s’appelle Patrick. Condoléances, ça sent le mec qui porte des chemises Jules à moitié froissée et des chaussettes Mickey offerte par Bobonne à Noël. D’autre part, le dénommé Patrick vient là d’envoyer un « scud » qu’il signe par cordialement. Alors Patrick, de deux choses l’une. Soit tu n’assumes pas le ton énervé de ton mail et que si pour compenser, tu as cru bon de le terminer par un cordialement de petite lopette, et bien je t’invite bien cordialement à manger tes morts. Ou à consulter le spécialiste de ton choix pour te faire greffer la testicule manquante (tu bénéficieras de -10% suite à la liposuccion de bobonne). Soit, et c’est le plus probable, ton cortex de piaf anémié ne te permet plus de saisir le sens des mots. Et encore moins de déceler l’absurde contresens de ton message. Signer par « cordialement » un mail incendiaire, même un enfant trisomique ne s’aventurerait pas à une telle aberration. C’est un peu comme signer « bisoux » un SMS de rupture. Ou dire « merci » à François Hollande pour sa courageuse politique de gauche. Et ben non, connard, ça ne se fait pas. Pour la simple et bonne raison que cela n’a pas de sens.

Jean-claude Convenant : J'y Bitte Quedal A Vos Conneries., Mais J'ai De La Suze Dans La Xantia. Cordialement. - by Anonymous

Alors, d’où vient l’enculerie ? Et pourquoi, bordel de bite, les salutations cordiales, distinguées et les respectueuses salutations ont-elles baissé pavillon devant le « cordialement« , ce dernier s’arrogeant le monopole de la formule de politesse électronique ? On croirait un Iphone. Ou un sapin désodorisant. C’est mega-beauf, mais tout le monde l’utilise. Enfin bref, les historiens se sont posés la question. Et il apparaît que l’usage du « cordialement » ne date pas d’hier. Et que, comme aujourd’hui, les enflures n’étaient pas les dernier à l’employer, comme l’illustre cette correspondance retrouvée en 1946 à Berlin :

Hey Goebels ! Vachement bien ton idée de remettre en marche l’industrie ferroviaire française. Tu sais combien j’aime l’économie. Ok donc pour la solution finale. Bien cordialement. Adolf.

Avec de telles ancêtres, on comprend mieux pourquoi l’expression est la préférée des DRH, dont le travail quotidien de délation et de spoliation se rapproche quand même grandement de celui d’un fonctionnaire allemand des années 30. Aussi, une récente étude australienne a prouvé que 97% des annonces de licenciements s’accompagnent de cordialité.

« T’es viré. Cordialement ».

Cette même étude, menée sur un panel représentatif de 2000 chèvres à col mao, a permis de mettre en exergue la très forte corrélation entre Power Point et cordialité. En effet, 85% des courriels possédant un PPT en pièce jointe se termine de manière très cordiale. Le génial chercheur Alfred Ein-Slide l’avait d’ailleurs énoncé dans sa 2nde loi d’enculerie générale qui prédisait que la probabilité de cordialité augmente avec le PPT et l’usage du courriel.

Cordialité

Alors si chez vous aussi, le « cordialement » déclenche de graves crises d’urticaires, n’hésitez plus. Optez pour la sobriété électronique et bannissez toute cordialité dans votre signature mail. Vous gagnerez ainsi un temps précieux, que vous pourrez utiliser pour envoyer d’autres e-mails. Ou finir le reporting Sogarep. Mais attention, ne vous avisez surtout pas à le remplacer par un « bien à vous », des lapidations cordiales ont eu lieu pour moins que ça.

Flash.


2 Comments

  1. Nicoin

    18 mai 2016
    / Répondre

    Super article Flash, un must-read!
    Bien cordialement,
    Nicoin

    • flash

      18 mai 2016
      / Répondre

      TG.
      Bien cordialement.

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire