Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/25/d464977840/htdocs/flashzone24/wp-content/themes/marble/ebor_framework/metabox/init.php on line 750
Lost : Les disparus (bonus: les trophées de Noël) | Flashzone

Lost : Les disparus (bonus: les trophées de Noël)

25 décembre 2009 / Mauvaise foi / 18 Comments

 Noël. Période de père qui sent le sapin. On s’y gargarise le goulot à coup de pommard (1986), tout en se chargeant la panse à coup de foi gras (gras). Pourtant, à l’heure où tu déballes tes cadeaux SFR (Surcouf/Redoute/Fnac),  tous ne partagent pas ton ravissement.  C’est particulièrement le cas pour les familles des 4 ressortissants français, portés disparus dans la jungle NBA. Et c’est avec une émotion non feinte que je dédie cet article aux familles Petro, Diawara, Ajinça et Mahimni.

 

          Anatomie de l'enfer   Le zéro absolu ?

 

Tout avait pourtant si bien commencé pour nos 4 camemberts des parquets. Insep, ProA, puis Draft NBA : le parcours rêvé à la Tony P, du Texas à Paris, basketball thérapie. Mieux encore, Petro glanait une place de titulaire à Seattle et le Yack devenait le Bruce Bowen du pauvre de Denver. Pourtant, dès le début, on sent poindre l’escroquerie. Faut dire qu’avec des stats à la Chris Mihm, nos frenchies ne font rêver personne. Dès lors, malgré des débuts encourageants, ils vont progressivement connaître un destin à la Marc Madsen (cf : Alain Boghossian).

Leur rêve NBA ? Ils le vivent désormais du fin fond du banc de leurs équipes respectives. Leur quotidien ? Donuts/Avion/Poker/Echauffement/DNP. Bonjour la tristesse. Et encore, il y a pire : la D-league. Ajinça et Mahinmi peuvent en témoigner. Jouer en D-League, c’est comme scorer en Thaïlande, sur le moment, t’es content de jouer, mais au final, t’as une chance sur deux d’y rester. J’exagère ? Essaye donc de survivre plus de deux quarts-temps d’un Bakersfield Jam/ Fort Wayne Mad Ants qu’on en reparle. La D-League, c’est du niveau de la Pro B (les systèmes en moins) :  c’est le playground sous le métro sans les anciens pour te remettre en place. En clair, un purgatoire basketballistique à  éviter si tu ne veux pas te retrouver en face d’un ex-taulard jouant sa vie sur chaque action. Et après, on s’étonne qu’Ajinca ne pénètre jamais dans une raquette

 

                 NC4                 Dress code ou classe naturelle ?

 

Pourtant, il est un élément qu’il ne faut pas omettre de l’analyse : l’argent. Etre payé 1 millions par an pour s’assoir sur un banc, côtoyer des cheerleaders, écouter de la musique avec casque et prendre l’avion, on a connu des situations moins enviables (qui a parlé d’escroquerie ?). Et si, comme le rappelle le philosophe Baer, « il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises situations », on ne peut au final plaindre leur situation. Et l’amour du jeu me direz-vous ? Une invention romantico-chrétienne qui vise à culpabiliser le pékin moyen voulant gagner de l’argent. A ce propos, on ne me fera d’ailleurs pas croire que Michael Gelabale et Mohamed Sene soient retournés en France pour le challenge sportif. Et encore moins pour l’argent. Croyez-moi qu’il en faut, de la force et de l’honneur, pour se taper un JDA/Cholet au  Palais des Sports Jean-Michel Geoffroy (4 628 places places) après avoir joué au Staples Center. Dès lors, leur seul but, et Dieu qu’on les comprend, c’est de s’évader de la ProA et de retrouver un club plus huppé, de préférence Outre-Atlantique.

 

Sur le banc, même à l'échauffement

Conclusion : On a beau dire, on a beau faire ma petite dame, mais il vaut mieux croupir sur un banc à un million de dollars par an, plutôt que de croupir sur un (autre) banc à La Meilleraie en attendant qu’Erman Kunter daigne te faire entrer en jeu.De plus, si bencher en NBA te permet d’éviter les questions de David Cozette, la situation de «losties » à la Jack Sheppard (perdu dans la jungle,  un peu de culture) deviendrait presque enviable au final…

 flash

 

En cadeau : Les trophées de Noël

1. Trophée « AJ Auxerre » de l’équipe qui fait un bon parcours mais dont on se tamponne le coquillard : Oklahoma City Thunder. 14/14 au tiers de la saison, ca fait un peu score de Volley, mais c’est presque autant de victoires que la saison passée. Egalement cité: Memphis, Atlanta

2. Trophée Jean-Pierre Treiber de l’évasion médiatique : Allen Iverson pour son départ de ses geôles de Memphis. Quoi que, depuis son départ, Memphis n’arrête plus de gagner…

3. Trophée « Pierre Bérégovoy » du dépressif qui va faire une connerie : Gilbert Arenas. Des armes à feu dans le vestiaire ? C’est si dur que ca de jouer avec Brendan Haywood ? Ecris un blog,  essaye de faire des passes, réagis !

4. Trophée Charles Pasqua de l’entourloupe à l’ancienne : Vinny Del Negro. Un bilan catastrophique (10-17), une défaite historique contre les Kings, et le bon Vinny est toujours là. Qu’on prévienne le juge Bruguère, y’a un truc pas net là-dedans.

5. Trophée Ché Guevera du mec en rouge qui va bientôt tout faire péter : T-Mac pour son envie, à peine voilée, de mettre un croisé à Rick Adelman. Courage t-Mac, on se voit au All-Star Game…


18 Comments

  1. Bobcats_

    25 décembre 2009
    / Répondre

    En clair, un purgatoire basketballistique à éviter si tu ne veux pas te retrouver en face d’un ex-taulard jouant sa vie sur chaque action. Et après, on s’étonne qu’Ajinca ne pénètre jamais dans une raquette…

    hahahahaha énorme

  2. Chuck Norris

    25 décembre 2009
    / Répondre

    Bravo! Grosse barre de rire. A part une conclusion bizarre...
    "Et si, comme le rappelle le philosophe Baer, « il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises situations " HAHAHAHA

  3. ti-neg971

    26 décembre 2009
    / Répondre

    "Allen Iverson pour son départ de ses geôles de Memphis. Quoi que, depuis son départ, Memphis n’arrête plus de gagner…"

    Il a pas assez joué pour que ca ait un quelconque rapport avec son départ...

  4. flash

    26 décembre 2009
    / Répondre

    @ti-neg971

    Héhé, je constate juste que IA n'aurait, à mon avis, rien apporté de plus à Memphis, surtout qu'il n'acceptait pas sa place sur le banc. Cependant, je suis plutot content qu'il puisse se relancer/finir sa carrière dignemet à Phila ; il le mérite.

  5. rayallen

    26 décembre 2009
    / Répondre

    lol, j'en connais certain qui devraient retourner en Europe pour jouer si le basket est veritablement leur passion et pas le pognon parce que bonjour le cap cirage de banc

  6. ti-neg971

    26 décembre 2009
    / Répondre

    @flash
    Peut etre que c'est ce que tu pense...
    Mais c'est pas ce que tu véhicule dans l'article...

  7. Greg

    26 décembre 2009
    / Répondre

    Je crois qu'on a retrouvé Bad Santa

  8. flash

    26 décembre 2009
    / Répondre

    @ti-neg971

    Je ne fais qu'exercer à plein mon droit inaliénable à la mauvaise foi ;)

  9. yao ming

    26 décembre 2009
    / Répondre

    nul mec va te cacher

  10. lepoulpe

    26 décembre 2009
    / Répondre

    Très bon! Merci.

    @Yao Ming: bisous.

  11. ecko

    26 décembre 2009
    / Répondre

    Franchement a mourir de rire , j'adore. Un peu de comique dans des articles peut etre trop serieux. Merci pour ce petit moment de bonheur. Une analyse un peu poussé mais pas si loin de la vérité. Bonne continuation !

  12. wraf

    26 décembre 2009
    / Répondre

    Excellent, drôle et bon !

  13. Globule rouge et bleu

    26 décembre 2009
    / Répondre

    Et Amara Sy... il fait un bête de début de saison en D-League. Ou plutôt il est bête d'y faire le début de saison... Lui ne prend même pas le million !

  14. Millesime

    27 décembre 2009
    / Répondre

    Un resume précis avec un zeste d'humour

  15. Benjamin

    28 décembre 2009
    / Répondre

    Marrant, mais je suis pas du tout d'accord avec toi pour Mike Gelabale. Lui au moins il prouve qu'il aime le jeu, il l'a dit dans BasketNews, il revient en France pour retrouver les parquets avant de rejouer en Euroleague.
    Cirer le banc il en a plus que marre. Et la phrase sur Kunter, bah... je comprends pas, pcq Kunter en ersonne a dit que que pdt ces vacs Mike va continuer de bosser pour retrouver son niveau et donc devenir indispensable.

  16. Jim McIlvaine

    29 décembre 2009
    / Répondre

    Franchement j'emboutirais mes 2 parents avec une pare-buffle pour m'essuyer avec des serviettes floquées des Lakers après l'échauffement et voler des savons et des peignoirs toute l'année. Ne serait-ce que de faire la bise au mec qui s'occupe des filets et des ballons au Madison square garden,ca serait ma bouffée d'oxygène.
    Sinon croire en son rêve de jouer en NBA, et croire patiemment en sa chance, c'est peut-être ça qui peut paraitre niais et romantique...

  17. Traurfgunny

    9 mai 2010
    / Répondre

    test

Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire